Au cours du Conseil municipal de janvier dernier, Dominique Fontenaille a présenté un projet de convention proposé par le Procureur de la République de l’Essonne, permettant aux 196 Maires du Département de pratiquer un « rappel à l’ordre » auprès de toute personne qui dérangerait la tranquillité publique.

Comme d’habitude, ce projet a été étudié par l’une des Commissions municipales. Au cours de cette commission, le P.S. a proposé un amendement retirant plusieurs termes du projet de convention qu’il considère comme une atteinte aux libertés, bien que le texte ait été rédigé par le représentant du Ministère de la Justice…

Première surprise : au cours de la séance du Conseil municipal, le P.S. unanime vote contre son propre amendement…

Deuxième surprise : le P.S. unanime vote pour un autre amendement proposé par le Maire…

Troisième surprise : le P.S. unanime s’abstient sur le vote du texte dans sa globalité…

Quatrième surprise : Après avoir eu la possibilité d’écouter l’enregistrement de la séance qui ne laisse aucun doute sur son vote, le P.S. écrit dans le N° 149 du Vivre à Villebon (avril 2015) : « Nous avons voté contre ce projet mais par suite d’une erreur dans le comptage, notre vote a été comptabilisé comme abstention ».

Le P.S. Villebonnais, au-delà de ses propres contradictions, montre une fois de plus qu’il est incapable de présenter et soutenir un projet cohérent. Il est facile d’être contre tout, il est moins facile d’être constructif. Quant à la bonne foi, laissons aux auteurs de ces votes étranges le soin de balayer leur propre tapis…