thumb_IMG_0709_1024

L’Etat s’est mis dans la tête de redessiner une nouvelle fois le paysage de l’Ile-de-France. La Communauté Paris-Saclay (CPS), à laquelle appartient Villebon et qui est respectueuse de l’identité de chacune des communes, va-t-elle être aspirée dans la pachydermique Métropole du Grand Paris ? Le Maire de Villebon se joint aux élus des 27 villes de la CPS, toutes tendances politiques confondues, pour interpeler le Président de la République.

Moins de quatre ans après un ensemble de lois parfois bâclées qui ont bouleversé le paysage territorial de la France (régions hypertrophiées, nouvelles intercommunalités, Métropole du Grand Paris …) et qui ont le plus souvent abouti à éloigner des habitants les décisions qui les concernent jusque dans dans leur vie quotidienne, l’Etat s’est mis dans la tête de redessiner une nouvelle fois le paysage de l’Ile-de-France.

Les premières consultations, discrètes jusqu’à présent, ont laissé entendre que l’Etat souhaite agrandir la Métropole du Grand Paris à la « zone urbaine de Paris » c’est-à-dire, en gros, jusqu’à la Francilienne.

La conséquence immédiate de cette décision serait pour nous la dissolution de la Communauté d’agglomération Paris-Saclay et l’intégration de notre ville dans la Métropole du Grand Paris, structure pachydermique illisible dont le fonctionnement appelle régulièrement de nombreuses critiques.

Ce bouleversement poserait un certain nombre de questions.

La Communauté d’Agglomération Paris Saclay, qui a moins de deux ans, est celle qui s’est créée le plus facilement en Essonne, grâce à une volonté partagée des élus des 27 villes qui la composent. Elle fonctionne bien parce qu’elle est respectueuse de l’identité de chacune des communes, parce qu’elle cherche à faciliter plutôt qu’à contraindre, parce qu’elle n’a pas généré de nouveaux impôts.

Sa dissolution par mesure administrative serait de ce fait un déni de démocratie et une marque de mépris pour les élus des 27 villes de la CPS.

Sa dissolution entraînerait une représentation quasi-nulle de notre ville dans un ensemble pachydermique de 7 millions d’habitants. Et chacun sait que lorsqu’on ne fait plus partie du tour de table, les décisions sont prises au détriment des absents.

Sa dissolution ferait que des décisions qui concernent notre quotidien (transports, emploi, voiries …) ne seraient plus discutées autour d’une table où chaque ville peut expliquer sa vision et défendre ses intérêts, mais prises dans des structures technocratiques situées au cœur de Paris, par des personnes qui ne connaissent même pas le nom de Villebon-sur-Yvette.

Une motion adressée au Président de la République a été votée à l’unanimité par les conseillers communautaires des 27 villes de la CPS, toutes tendances confondues, pour attirer son attention sur les réalités du terrain qui nécessitent que chacun écoute chacun avant de détruire ce qui fonctionne bien.

Vous pourrez, comme toujours, compter sur toute l’énergie du Maire de Villebon et de son équipe municipale pour défendre notre Ville dans ce moment difficile qui s’annonce.

Photo : ouverture des fêtes de la Saint-Côme et Saint-Damien, 23 octobre 2017