phoca_thumb_l_centre-ville-2

Lors du Conseil municipal du 2 février 2017, le PS villebonnais n’a pas seulement fait la démonstration de sa totale incompétence. Il a carrément assumé sa volonté de retirer à la commune sa compétence sur le Plan Local d’Urbanisme et de participer au détricotage des compétences communales.

Villebon, comme les autres villes de Paris-Saclay, gardera la compétence du plan local d’urbanisme (PLU) à l’échelle communale

La loi dite Duflot de mars 2014 prévoit le transfert automatique de l’élaboration du PLU des communes vers les intercommunalités à horizon mars 2017. Fort heureusement, la même loi laisse la possibilité aux communes de s’opposer à ce transfert et de conserver la maîtrise de leur PLU si 25 % des communes (soit 7 communes au minimum pour Paris-Saclay) représentant au moins 20 % de la population totale des communes concernées votent en ce sens.

Le choix de conserver le PLU à l’échelle communale est celui de la totalité des villes membres de Paris-Saclay, quelles que soient les sensibilités politiques à leur tête. Le PLU consistant à déterminer les règles d’urbanisme applicables parcelle par parcelle, il est souhaitable qu’il soit élaboré au plus près des citoyens plutôt que par des structures centralisées conçues pour avoir une vue d’ensemble et non une vue de détail.

En ce qui concerne Villebon, la création d’un Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) aurait pour conséquence de complexifier le traitement et l’aboutissement de nombreux projets communaux (désenclavement et extension du centre-ville, aménagement des emprises de la DGA), départementaux (EHPAD) et nationaux (Etablissement médico-social pour des personnes handicapées) et d’en rallonger les délais.

Pour toutes ces raisons, la majorité municipale a voté pour l’opposition au transfert de la compétence du PLU vers Paris-Saclay.

Le PS villebonnais vote contre, une preuve d’inconséquence

Loin de penser aux intérêts de la commune, le PS villebonnais a raisonné à travers le prisme idéologique qui préside depuis plusieurs décennies à l’affaiblissement méthodique des pouvoirs des communes. Il épouse les vues de quelques experts de Bercy – de moins en moins nombreux – qui oeuvrent à la disparition de notre tissu de communes pour les remplacer par des grands ensembles intercommunaux, sans réaliser que dans le même temps la demande des citoyens d’actions de proximité n’a jamais été aussi élevée.

Si la mutualisation de certaines compétences à l’échelle intercommunale peut être génératrice de plus d’efficacité, il est irresponsable d’appliquer sans nuance ce raisonnement pour tous les domaines.

Qu’on ne s’y trompe pas : si le PS ne cesse de réclamer plus de « concertations citoyennes », de « démocratie participative » il vote en réalité contre les outils qui permettent aux élus municipaux de mener à bien des projets d’urbanisme en concertation avec les habitants.

Bonnet d’âne pour l’incompétence

Réalisant au fil de leur argumentation l’énormité de leurs propres propos contre l’élaboration du PLU à l’échelle communale, les élus socialistes ont bricolé une proposition de PLU « en partie communal sur les questions locales », « en partie intercommunal sur les questions globales ». Nous avons un scoop pour eux : c’est déjà le cas !

Le PS parle beaucoup du PLU mais semble ne jamais l’avoir ouvert. Dans le cas contraire, il aurait pu constater que le PLU est un document d’urbanisme qui doit obéir à tout un arsenal législatif, réglementaire et qui doit être cohérent avec les schémas directeurs régionaux.

Si le PS étudiait un peu ses dossiers, jamais il ne pourrait affirmer que les PLU communaux sont responsables de la prolifération anarchique de zones industrielles et commerciales, tant il est évident que la décision de leur création ne dépend pas du seul PLU mais est partagée par de nombreux acteurs intercommunaux, régionaux et nationaux.

La coordination pour les grands projets et les infrastructures à rayonnement intercommunal existe déjà et s’est d’ailleurs concrétisée par le projet de territoire récemment voté. Elle n’est nullement empêchée par l’élaboration du PLU à l’échelle communale.

Alors que même les maires socialistes des autres communes membres de Paris-Saclay s’opposent aujourd’hui à la création d’un PLUI dans l’intérêt de leur ville, l’opposition villebonnaise reste allergique au pragmatisme.

Crédit Photo : Mairie Villebon-sur-Yvette