phoca_thumb_l_police-municipale

A l’occasion du Conseil municipal du 25 juin 2015, les élus ont approuvé la création d’un C.L.S.P.D, comme l’exige la loi pour les communes de plus de 10 000 habitants. Explications sur l’intérêt pour la municipalité de ce nouvel outil de prévention de la délinquance.

Le Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance est conçu par la loi du 5 mars 2007 comme une instance de concertation sur les priorités de la lutte contre l’insécurité. Ces priorités sont définies par l’échange d’informations entre des acteurs très divers.

Qui sont les participants au C.L.S.P.D ?

Le C.L.S.P.D mobilise non seulement les acteurs de l’Etat et des collectivités territoriales (polices municipales, travailleurs sociaux, autorités organisatrices de transport…), mais aussi, et c’est ce qui en fait son originalité, ceux du secteur économique (bailleurs, entreprises exploitantes de transport, commerçants…) ou encore du secteur social, qui contribuent à développer des actions de prévention par la culture, les loisirs ou le sport.

Ces différents acteurs définissent et assurent ensemble le suivi d’un Contrat Local de Sécurité.

A quoi sert ce Contrat Local de Sécurité ?

Ce contrat liste les priorités autour desquelles doivent se mobiliser les différents acteurs, avec la définition périodique d’objectifs à atteindre et l’échange d’informations sur les conditions d’intervention de chacun.

Celui qui sera chargé concrètement de veiller à l’application du Contrat Local de Sécurité sera le coordinateur de C.L.S.P.D, qui devra être désigné par son président.

Que devra faire le coordinateur du C.L.S.P.D ?

Le coordinateur sera chargé de mettre en œuvre et suivre les actions de prévention et de sécurité définies dans les objectifs du Contrat.

Pour cela, il lui reviendra de mobiliser les partenaires extérieurs de la ville (services de l’Etat, justice, bailleurs sociaux, transporteurs, entreprises, associations, habitants, etc) sur les questions relatives à la sécurité, de mettre en synergie les services municipaux directement concernés par le Contrat, de suivre l’observatoire local de sécurité, de veiller au fonctionnement des instances de régulation (commission permanente du CLSPD, assemblée plénière du CLSPD) et d’animer les réunions de concertation partenariale.